L'Auguste Théâtre

Spectacles tout terrain

A propos de

L’Auguste théâtre est une compagnie de théâtre  professionnelle depuis 1993.

Claire Massabo en assure la direction artistique, signe les mises en scène des spectacles. et tente dans sa pratique  de saisir  l’instant où l’on sent la fragilité dans la force, la fêlure derrière l’assurance, l’humain qui traverse le héros

Le travail de création conjugue toujours exigence artistique, plaisir du jeu et adresse directe au public.

La compagnie, très active sur la région PACA, mène en parallèle à son travail de création, un travail d’action culturelle avec des publics très divers (scolaires, personnes en situation de handicap, adultes-amateurs, parents-enfants…) et permet ainsi à chacun de s’exprimer à travers un geste artistique délibéré.

Très engagée dans le projet “Par les villages”, L’ Auguste Théâtre milite pour tisser des liens fraternels de coopération avec d’autres compagnies, des relations de confiance avec les programmateurs et un dialogue constructif avec les institutions.

Elle poursuit des compagnonnages avec différents lieux de programmation, en particulier, le 3 bis f, le Théâtre du bois de l’aune et le théâtre de Fos sur mer

Elle est soutenue par la ville d’Aix en Provence et  le Département des Bouches du Rhône pour son fonctionnement et par la Drac PACA au titre d’un projet Art/Handicap

Les Spectacles

Ça se passe dans un théâtre, sur la scène [conventionnel et pratique]
Il y a le personnage : Jeanne [une mémé]
Une comédienne : Elle [sous le costume]
Deux en une [économique]
Et bien sûr le public [nombreux]
La cohabitation, ce n’est pas simple et ces deux femmes ont quelques désaccords [classique]

Il y aura
de l’amour,
de la révolte,
du rire,
des larmes,
et des petits biscuits !

Festival Off Avignon 2018

La Tâche d’Encre

1 rue de la Tarasque – Voir le plan
Tél : 04 90 85 97 13

Du 6 au 29 Juillet 2018 à 18h
Relâche le 19 Juillet

« Deux clowns, Baba et Clovis observent le monde qui les entoure.
Ils posent sur celui-ci un regard interrogatif et tentent de le comprendre !
Surgit alors une avalanche de questions.
Quand Clovis se demande “Mais le ciel il commence où, et il finit où ?” la perplexité de Baba, ouvre les portes de l’infini.
Et quand Baba s’interroge pour savoir “Qui invente nos rêves ?” c’est ensemble qu’ils envisagent les mystères de notre inconscient.
De la philosophie pour petits et grands, autour de questions simples qui nous traversent tous.
De la fantaisie aussi parce que penser, construire, se forger, nous embarquent dans des mondes absurdes et poétiques.
Sérieux, loufoques et dignes ces deux personnages nous invitent à partager le plaisir jubilatoire de la construction de la pensée. »

“Maman, vraiment, ça serait bien si tu m’aimais un peu moins…”

“Je l’aime bien mon robot. Je lui ai donné un nom. Je l’appelle papa…”

 » La maîtresse a crié Silence… »

« Des morts vivants me regardaient en ricanant… »

Félix, petit homme de 12 ans vit au milieu des siens,
sa sensibilité, son impertinence en font un témoin privilégié.
Avec délicatesse, révolte et ironie il nous livre ses observations et ses émotions.

Théâtre d’objets et de proximit

Nous les connaissons tous ces dieux, déesses, héros de la Grèce Antique.
Nous les connaissons bien, mais qu’importe ! Le plaisir de les raconter demeure …

Dans une grande proximité, avec les spectateurs assis autour du bac à sable le comédien sculpte avec application le sable et manipule ses figurines Playmobil tandis que la comédienne munie de son encombrante tente Quechua crée le décor amplifié de ces aventures tumultueuses.

Le sable laisse apparaitre les crânes des marins perdus, abrite le feu du géant à un œil , devient une île flottante tandis que la tente se transforme en caverne d’où surgit le cyclope, en monstrueuse sirène déroutant les navires, en vaisseau affrontant les tempêtes.

Ensemble, les 2 comédiens nous racontent trois épisodes du retour d’Ulysse vers Ithaque: les vents funestes, l’antre du cyclope, le chant des sirènes. Passant du petit au grand ils jouent des changements d’échelle pour exprimer la démesure de ces histoires et, emportés par le lyrisme de leur narration en deviennent eux- mêmes les héros.